Lien du Sable et de la Feuille. [Suite Mission Rang B]
Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 140
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 25

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 529
PE:
14/500  (14/500)

Voir le profil de l'utilisateur



[...]


La venue des deux ninjas de Konoha semblaient avoir été signalé par les haut-gradés du village caché du Sable, ceux-ci étaient à peine arrivé qu'on leur ouvrait déjà le passage. L'élite passa devant son cadet, s'engouffrant entre la crevasse de rocailles qui servait de « portes » de protection du village, et à moins de pouvoir voler, il était difficile de s'y rendre sans que les gardes ne soient alertés. Bien que petit, le village savait se défendre, mais contre un gros poisson comme Kumo ou Iwa, le village tiendrait difficilement. C'est en ces temps troublés que Konoha cherchait à renforcer ses relations avec Suna : rien n'avait été rose entre eux pendant une longue période, depuis la dernière grande guerre, les choses semblaient s'apaiser. Pour l'ex-leader de la meilleure team ANBU jamais vu, tout cela pouvait cacher une tempête et le dicton ne s'était jamais trompé.

Dans son esprit, il voulait une certaine paix, une paix juste où tout le monde y trouverait son compte. Hélas, ce n'était aucunement au goût de tous. Les rancunes étaient tenaces et acariâtres, il en était pleinement conscience. De ce fait, son idée - proche de celle de son ainé, le Yondaime - était de faire en sorte de rallier simplement ceux qui le souhaitaient à la cause de Konoha, tout en faisant en sorte que lesdits alliés maintiennent leurs intérêts. Donnant-donnant vertueux, comme il aimait se le répéter. Marchant jusqu'à atteindre l'entrée du village, il était visiblement attendu. Un homme de stature gracieuse patientait dans l'interstice : son accoutrement rappelé fortement les citoyens et ninjas de ce village, quoiqu'un peu plus exotique encore. Le regard sérieux du fils du très regretté Croc-Blanc se changea, un sourire sincère dissimulé derrière son masque, la parole entre chacun allait pouvoir s'engager.

« J'espère qu'on ne vous a pas trop fait attendre. Votre désert est toujours aussi brûlant. Je suis Hatake Kakashi, notre Hokage souhaite se lier davantage à Suna et ainsi, partager des informations utiles et essentiels. »

La franchise était de mise dans ce genre de mission de délégation, permettant à tout à chacun, comme lors d'un sommet des Kage, de parlementer et d'engager la conversation. L'épouvantail évitait naturellement les jargons, préférant la langue de la sincérité. Retirant enfin son capuchon, il laissait dévoiler sa chevelure hirsute aux contrastes gris et argentés. Le voyage avait été éprouvant de bien des manières : la chaleur, le corps lourd, la déshydratation, etc. Autant de symptômes liés au désert aride de Suna, sans parler de la faune sauvage, qui elle, parvenait à vivre dans ce milieu hostile. Pour finir, Kakashi tendit sa main avec en possession le rouleau de la missive, certifiant ainsi sa venue et montrant le papier écrit de la propre main du Hokage. D'un geste simple, il remballa le rouleau dans sa couve. Le temps était venu de rapprocher les deux pays, ils se porteraient ainsi assistance en cas de danger révélé, dépendant des intérêts de chacun. La confiance se gagnerait au fur et à mesure : Kakashi était le bras-droit du Hokage et aussi un Général de renom lorsqu'une guerre pouvait éclater. Aujourd'hui, c'étaient les talents de diplomate du chien qui s'exercerait.




« C'est la loi de la nature… Les générations anciennes cèdent la place aux nouvelles… »


Dernière édition par Hatake Kakashi le Lun 21 Nov - 21:54, édité 1 fois
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 126
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 1036
PE:
329/300  (329/300)

Voir le profil de l'utilisateur


La feuille et le Sable!

Feat. Sera/Kakashi/Sasuke

La matinée commence à peine, le soleil se lève, il brille déjà et apporte une chaleur agréable comme à son habitude. Je suis levé depuis un moment, la journée est chargée, aujourd’hui nous recevons la visite d’émissaires de Konoha. Aucune information quant à leur identité, ce n’est pas très grave, nous les identifierons à l’instant où ils mettront un pied sur notre territoire. Les visites sont rares ici, un messager étranger ne passera pas inaperçu, c’est certain. La Feuille est une grande puissance dotée de shinobis légendaires. Leur nombre est presque incalculable tant ce village grouille de shinobi talentueux et leur Kage à la réputation d’être l’un des ninjas les plus puissants de son temps ! Malgré toute cette force, la feuille ne semble pas hostile, bien au contraire. Le Yondaïme, aussi fort soit-il, à la réputation d’un homme sage privilégiant la paix. Ce n’est pas pour me déplaire, une alliance entre Suna et Konoha apporterait des avantages non négligeables. Les menaces du monde sont nombreuses, que ce soit les grandes nations comme les petites. Il n’y a qu’à voir l’instabilité qui règne au pays du Déluge et notamment à Ame. La Salamandre, l’homme qui dirige la Pluie, est un homme mystérieux et sa puissance m’inquiète.

Ils ne sont pas les seuls à posséder une situation préoccupante ! Il n’y qu’à regarder chez un autre de nos voisins, aujourd’hui Kawa est infestée de Nunkenin de toutes horizons, un pays de plus en plus corrompu et qui pourrait s’avérer être une menace à terme ! Et que dire de Yu no Kuni dont les dirigeants déclarent ouvertement leur hostilité envers son voisin du Gel ? Ils sont une menace à ne pas négliger même s’ils sont loin de pouvoir atteindre nos contrées ! La feuille possède une frontière avec eux et ils se seront certainement tourné vers le problème, sinon je leur exposerai le fond de ma pensée. C’est une rencontre très importante pour nous, je suis ravi que le Kazekage m’ait assigné cette tâche. Je serais accompagné de Shishiro Sera, son expertise sera utile, son sens du détail me paré être essentiel au bon fonctionnement de cette « négociation ».  J’espère que notre coopération portera ses fruits et qu’elle aboutira à de belles choses ! La rencontre approche, des murmures m’ont rapporté que deux individus étaient entrés dans notre pays. Je m’en vais chercher Sera, avec qui j’ai rendez dans les rues de Suna. Je l’ai rencontré peu de fois, malgré ça, ces talents m’intéressent et même si nos opinions divergent sur certains points j’en suis sûr !

« Sera, je suis Kageshi, te souviens-tu de moi ? J’ai besoin de toi aujourd’hui, la Feuille à envoyés des émissaires afin de pouvoir aboutir à une paix durable entre nos deux villages. Ton rôle sera très important, je veux que tu décryptes leurs intentions, je veux savoir s’ils sont sincères ou non. Cela ne sera pas chose aisée. Je compte sur toi. »

Déambulant dans les rues, nous nous rapprochons des hautes murailles de Suna afin d’accueillir nos invités. Ceux-ci se font attendre un moment, je reste silencieux, l’ambiance est froide, mais respectueuse. Soudain un garde vient nous sortir de ce silence. « Ils approchent ! » Déclare le garde. « Laissez-les entrer et conduisez-les à nous ! » Quelques minutes plus tard deux silhouettes font leurs apparitions dans l’épais couloir qui mène à Suna. D’un pas assuré, il s’avance vers nous, je me relève et leur fait face. Les deux invités sont des hommes, l’un d’entre eux n’est pas n’importe qui ! Il s’agit du Ninja Copieur, Hatake Kakashi ! On dirait bien que Konoha n’a pas fait semblant, cet homme est une légende ! Héros de son village, son nom a traversé les frontières et sa force est reconnu et respecté à travers le monde entier. Pour être franc cela m’honneur, pouvoir converser avec lui est un privilège que je voulais m’offrir depuis longtemps déjà, je suis ravi que l’occasion se présente enfin, surtout en de tels circonstances !

« Messieurs, c’est un honneur de vous accueillir ici à Suna. Je me nomme Kageshi, c’est un nom d’usage, pour des raisons de sécurité, j’espère que vous comprendrez que je ne puis vous dévoiler mon véritable nom. » Arborant un timide sourire je poursuis. « Hatake Kakashi je suis heureux de pouvoir vous rencontrer enfin ! J’espère que notre discussion portera ses fruits. Nous sommes envoyés par le Kazekage afin de discuter avec vous. Ne perdons pas de temps, votre voyage à dû être éprouvant, allons dans un endroit où nous pourrons parler tranquillement et vous offrir à boire. »

Je laisse Sera se présenter, elle n’a pas besoin de moi pour ça. Je les emmène chez Mira, une vieille Dame chez qui j’ai l’habitude d’aller boire un verre. Son bar est un endroit tranquille où nous pourrons parler en toute franchise sans risquer d’être écouté. J’ai fait savoir à Mira-chan que je ne voulais voir personne durant notre entrevue.

Spoiler:
 

@ Gumi




avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 104
Date d'inscription : 20/10/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 809
PE:
68/300  (68/300)

Voir le profil de l'utilisateur





"

LA FEUILLE ET LE SABLE.
 

"



Comme d'habitude, je ne rentre chez moi que pour me coucher, et cette nuit fut particulièrement courte. Mon horloge murale retentit, et c'est la première fois que j'utilise sa cloche pour pouvoir me réveiller à l'heure. J'ai été briefée hier soir sur la venue importante de deux ninjas de Konohagakure no Sato dans notre village, et ça éveille en moi quelques souvenirs. Ceux de ma rencontre avec Naruto; cette discussion qui a contribué à un certain apaisement. A l'heure où je tente tant bien que mal de sortir du lit, je ne peux m'empêcher de ressasser quelques unes de ses paroles, et son sourire sécurisant. Comme souvent, mon corps est égratigné, marqué par mes multiples missions et par mes nombreux entraînements. Je suis plus active que jamais pour le village ainsi que pour les générations qui nous suivront, et le Conseil a accepté de m'attribuer à nouveau mon rôle de Senseï. Peu à peu, entre ça et les enquêtes qui se multiplient, j'en reviens à me sentir de mieux à mieux, car je renoue avec ce que j'aime faire le plus : résoudre des mystères, et surveiller de prêt les activités politiques du village en étant comme souvent, choisie en tant que consultante pour des occasions comme celle qui se présente aujourd'hui.
Suna le sait, je suis la seule kunoichi douée de capacités d'analyses et de déductions relativement poussées. Je suis une machine à pensées qui n'omet que très rarement les détails sur les personnes sur lesquelles je dois enquêter, en me basant sur des méthodes d'observations et de déductions dont je suis le seul précurseur. Cette aptitude n'a rien de surhumain car après tout, j'ai passée ma vie à développer des habitudes de pleine conscience. Je ne suis pas née avec ce don.
J'ai appris à renforcer ma concentration en me focalisant sur des caractéristiques pertinentes et en laissant celles qui ne le sont pas de côté. Afin d'y parvenir, j'use de mon esprit comme d'un calepin, en prenant des notes et en me créant des images afin de mieux raisonner, et le plus rapidement possible.
En somme, lorsque j'apprends quelque chose de nouveau, je ne me contente pas de l'intégrer simplement dans ma mémoire, mais j'apprends à l'analyser de façon critique. Il faut que je sache comment cela se connectera avec ce que je sais déjà, et pourquoi il sera par la suite important de m'en souvenir. Au final, je suis une logicienne efficace.


- Dans ce cas, je briserai cette malédiction ! Une fois la paix revenue, je ferais tout pour la maintenir. Je n’abandonnerais jamais ! Car je n'ai pas le droit de douter ! Une fois que l'on perd confiance, tout est perdu. L'important est d'y croire.

Je me souviens du nindo de Naruto, et la venue des ninjas de Konoha dans notre village me donne envie d'y croire. Nous sommes sur le point de fixer une alliance stable, et je ferai de celle-ci un symbole pour le fils du Yondaime. J'unirai mes idées aux siennes et je redoublerai encore d'efforts. Et même si parfois on peut croire que je néglige mon corps sans prendre en compte qu'il est simplement fait de chair et de sang, je n'hésiterai pas à m'entraîner encore plus rudement pour accomplir le souhait de ce ninja. Car après-tout, nous voulons tous la paix. La manière avec laquelle j'ai longtemps lutté contre le crime m'a valu une réputation tout autant honorable que sordide. Car mon pseudonyme, Shiro Hikage, est celui d'une assassine de sang-froid appliquant une justice punitive et se voulant défier les lois elles-mêmes. Mais au final, ne suis-je pas grâce à ça devenue la kunoichi en charge d'un dossier relatant des crimes ignobles de plusieurs organisations criminelles ? Même si il était temps que mes méthodes changent, elles auront tout de même portées leur fruit et aujourd'hui, je le jure devant le Tengu, je donnerai le meilleur afin que nous puissions bénéficier d'une alliance solide.

C'est sur ces pensées que je me prépare à sortir pour retrouver Kageshi, avec qui je vais devoir rencontrer nos visiteurs. Je n'oublie rien; ni ma tenue de Jônin, ni mes armes, ni mon manteau. J'attends à l'angle d'une rue, et mon collègue est à l'heure. Même si notre dernière rencontre était tendue, il va falloir que l'on travaille ensemble et pour ça, je suis parfaitement capable de mettre nos différends de côtés. Et après tout, si ceux-là peuvent être réglés, peut-être nous trouverions nous des points communs. J'ai pu rapidement découvrir, au cours de ces échanges, que Kageshi était un pseudonyme couvrant la véritable identité d'un espion, mais toutefois dévoué au village. En partant de ce principe, je ne me montrerai pas hostile envers lui, et au contraire, j'ai l'intention de redoubler d'efforts.  

" Sera, je suis Kageshi, te souviens-tu de moi ? J’ai besoin de toi aujourd’hui. La Feuille à envoyée des émissaires afin de pouvoir aboutir à une paix durable entre nos deux villages. Ton rôle sera très important, je veux que tu décryptes leurs intentions, je veux savoir s’ils sont sincères ou non. Cela ne sera pas chose aisée. Je compte sur toi. "

" Haï. J'ai conscience de l'importance de cette mission. Tu peux compter sur moi. " Dis-je simplement, en démontrant un regard introspectif. Je me prépare déjà à appliquer mes méthodes scientifiques de l'esprit. Ce protocole expérimental qui comprend l'observation, l'expérimentation et la déduction.

Le désert est une épreuve pour quiconque veut le traverser, et le retard de nos visiteurs me permet de me concentrer. Je ne parle pas, je n'adresse aucun mot à Kageshi car je suis trop préoccupée à faire preuve d'une rigueur qui me transforme en une sorte de statue à l'effigie des modes de pensées les plus profondes. Mon visage se solidifie, et mon regard intense se préoccupe déjà des premiers détails se présentant devant moi.
Quelques minutes plus tard, deux silhouettes s'avancent dans le couloir qui mène au village. La démarche des deux émissaires se veut assurée, et nous les rejoignons. Kageshi se montre honoré de rencontrer l'un des plus puissants ninja de Konoha, et je fais mine de me montrer aussi accueillante que lui. En tant que logicienne, je n'ai aucune raison de me réjouir de la présence d'une personne que je ne connais, et ça, mon binôme le sait très bien. C'est pour ça que je suis ici; car il sait que j'ai tendance à garder la tête froide et à prendre mes fonctions à cœur. Néanmoins, en tant que personne, il est important pour moi d'accueillir nos hôtes dans les meilleures conditions. Et puis, il y a autre chose qui sert à ma présence : la simplicité que j'arbore au profit d'une beauté suffisante, si bien que ce que je véhicule me permet souvent d'accéder à des invitations onéreuses de la part de la gente masculine. Non pas que j'ai l'intention de jouer de mon charme naturel, hors de question, mais je vais rester simple, et dissimuler mes aptitudes derrière cette décontraction.

Kageshi se présente, s'excusant de ne pas pouvoir décliner sa véritable identité par souci de sécurité. Quelque chose à prendre en compte. Et d'un coup, je pense immédiatement qu'un jour, je la connaîtrai. Je réussirai à faire tomber le masque comme j'ai pu réussir à en faire tomber d'autres. Il n'y a aucun intérêt à ce que je le fasse, si ce n'est que par le goût du défi et de l'exercice. D'un sourire délicat, je m'incline lentement à bonne hauteur de signe de respect, avant de me redresser et de me présenter à mon tour :


" Shishiro Sera, Jônin de classe A au sein des groupes d'investigations de Suna. Vous êtes les bienvenus. "

Il est sans doute normal, quand la situation l'exige, de faire appel à des experts afin de rendre compte de cet entretien de la meilleure des manières. La franchise doit être de mise, et je veux qu'Hatake Kakashi sache que lors de cette rencontre, une enquêtrice est présente. Je n'ai pas l'intention de mettre en cage l'un de nos alliés, et c'est pour cela que je pose de suite carte sur table; car savoir avec qui nous sommes favorise les échanges et les rends bien moins informels. De plus, j'ai également quelques questions à lui poser. Elles sont plus personnelles et n’interféreront pas avec l'ordre de ce jour. Je veux simplement savoir si Naruto va bien, car cela fait déjà plusieurs semaines que je ne l'ai pas vu. Car si après tout nous avons en face de nous des alliés sincères, je pourrai me permettre, après quoi, de poser cette simple question qui témoignera également de ma bienveillance pour ses pairs.

Nous prenons place dans un bar tenu par une vieille dame nommée Mira. Un endroit tranquille et pittoresque que j'ai également pu fréquenter quelques fois. C'est une enseigne discrète, fréquentée par quelques villageois ordinaires, habitués à prendre leur thé à cette heure-ci. Je m'assois à côté de Kageshi, et retire mon manteau pour le poser sur le dossier de ma chaise. Je ne fais pas le choix de reculer ma chaise pour avoir une vision d'ensemble, car ce serait une grossière erreur. Je ne suis pas une débutante et je n'ai pas besoin de me mettre en retrait pour exercer mes pensées. Aussi, la fixité de mon regard ne se concentre pas sur le visage masqué du Ninja Copieur, mais sur le thé encore fumant que l'on vient de nous servir. Je reste silencieuse et ordinaire, mais toutefois alerte. J'attends des tics, des gestuelles particulières, des mots, et en attendant, je lève le regard avec un léger sourire accueillant car au fond, je me réjouis de cet accord. Je ne me laisse cependant pas dominée par la volonté de croire : je sais que notre cerveau est fait d'une telle manière que nous sommes conditionnées à croire qu'une information est vraie, même quand on affirme le contraire. Ce sont des automatismes qui, s'ils sont combattus, laissent des traces dans notre mode de raisonnement. Le cerveau est un raconteur d'histoire professionnel; il extrapole sans cesse. Il convient donc de mettre en marche mes capacités d'observation.
Toute information se doit d'être traitée avec scepticisme. En aucun cas je ne peux laisser le monde extérieur influencer mes pensées, et en cela, je dois avoir conscience que le monde extérieur ne cesse d'influencer les esprits. J'exprime le souhait intérieur, la volonté rapide de vouloir penser de façon indépendante.
Mon esprit est un grenier dans lequel est stocké des informations, utiles ou non. Si il est mal ranger ou s'il ne contient que des choses inutiles, alors il m'est difficile de l'utiliser pour mener à bien un raisonnement. En cela, le fait que je ne connaisse rien des faits de guerres d'Hatake Kakashi ne peut que m'aider à me concentrer sur la situation présente. Mon état d'attention permanente finira bien par me permettre de choisir quelle information est importante ou non.  
Mes outils rudimentaires en cette occasion sont la motivation et l'intérêt. J'ai toujours eue le goût d'apprendre et de me souvenir, et lorsque le sujet en question attise mon intérêt, je grave mieux les informations. Elles s'organisent de façon pérennes, dans un coin bien rangé de mon grenier.  

Je sais par ailleurs que mes observations ont étés quelques fois trompeuses, à commencer par les premières. Ce n'est pas parce qu'il est possible de juger des personnes lors des cinq premières minutes d'un entretien que ce jugement est correct. Il faut tout remettre en question, tout observer. Hatake Kakashi, qui porte un masque et un bandeau cachant partiellement son visage, est-il réellement quelqu'un de secret ? Est-il si dur qu'il en a l'air ? Je dois prendre le contrôle de ce qui de base, notre système de pensée nous conduit à effectuer. Je ne peux pas me consacrer à des jugements hâtifs. Je ne peux pas me fier à ma première observation. Je sais qu'elles n'impliquent aucune logique, et se manifestent simplement selon mes propres souvenirs, mes émotions du moment ainsi que mon humeur.

Je bois silencieusement une gorgée de mon thé, avant de me sentir indisposée par le poids de mes affaires. Je me débarrasse alors de mes deux lames en les posant à terre, et libère mon bassin du poids de ma sacoche de projectiles. La vieille dame, sage et attentionnée, m'adresse une rapide salutation de la main, à laquelle je réponds par un sourire. Ouverte d'esprit et peu craintive, elle est aussi bienveillante et simplette, ce qui l'amène à nous demander, l'air de rien, si nous avons tout ce qu'il nous faut :

" Manquez-vous de quelque chose, chers ninjas ? "

Je regarde un instant Kageshi avec un léger sourire amusé. Même si la situation semble ne pas pouvoir se prêter à un peu de décontraction, je saisie l'opportunité de commander quelques feuilletés.

" Nous ne sommes pas contre quelques pains sucrés, Mira-san. "
" Il y a tellement peu de ninjas qui viennent ici, et tellement peu de jeunes gens. Prenez votre temps ! "

Nous sommes immédiatement servis de pâtisseries chaudes, et j'en prends une. J'en déchire quelques bouts, prenant mon temps pour manger. En guise d'invitation, je présente le plateau de la main pour inviter nos visiteurs à se servir, et pour ensuite leur céder la parole.

Le jeune ninja qui accompagne Kakashi Hatake semble être un Chûnin. Mon regard se pose un instant sur lui. Il a les yeux et les cheveux noirs et doit être âgé d'environ une quinzaine d'années. Certainement un élève adroit, pour avoir été choisi comme assistant de son senseï pour une mission comme celle-ci. J'ai entendu dire que beaucoup de jeunes prodiges étaient issus de Konoha, et j'en ai peut-être un devant moi. La première question que je me pose est " connaît-il Naruto ? ". Le fils du Yondaime doit être à peine plus âgé que lui, et ils ont certainement dû appartenir à la même classe lors de leurs études.
Cela me ramène à également plusieurs années en arrière. Je me souviens avoir eu également beaucoup de facilités, qu'il s'agissait de la théorie ou de la pratique. Je ne viens pas d'une famille de ninjas mais d'un milieu précaire. A Suna, le quartier que j'habitais sous le toit de mes parents était réputé pour avoir été particulièrement malfamé. Cependant, alors que je n'étais encore qu'une enfant, ce fut en tant que Chûnin de rang A que j'avais pu purifier ce quartier, et de la pire des manières. J'ai tuée le moindre criminel qui essayait de rendre compte à ceux qui donnaient les ordres, jusqu'à découvrir il y a peu que La Cour était derrière tout ça. D'abord des petits sous-fifres, ensuite Gin Hiba, et ensuite de plus gros calibres.
Je me souviens que mes parents m'invitaient à participer à des séances de confessions dans la crainte que ma volonté à exercer une justice punitive ne m'attire de trop grands soucis. Ils voulaient que j'écoute des gens ayant exercés toutes sortes de crimes, qu'ils furent majeurs ou mineurs, pour m'amener à croire au pardon. Mais à cette époque-là, ça ne pouvait pas marcher. Je savais qu'ils étaient tous des traîtres envers leurs familles, ainsi que des persécuteurs.
Par la suite, j'étais devenue Jônin de la pire des façons : en m'étant faite remarquée comme une assassine efficace et apathique. Puis en plus de ça, une excellente investigatrice. Tout est allé tellement vite, et jamais pour de bonnes raisons. Puis lorsque j'ai eue l'occasion d'aller plus loin dans mes recherches et dans les assassinats de criminels toujours plus influents, j'étais tombée sur Gin Hiba, et le cauchemar avait commencé. Sept mois d'avilissement total sous l'emprise d'un puissant Kekkei Genkai m'obligeant à faire tout ce que cet homme cruel et sadique m'ordonnait d'accomplir.
La fin de ce cauchemar prit fin après le moment où il m'avait forcée à tuer ma propre famille. Juste parce qu'à son sens, il était amoureux de moi et devait donc être la seule personne qui devait compter pour moi. J'avais réussi à fuir puis à enquêter afin de le retrouver et le tuer. Mais même après sa mort, j'étais encombrées par tellement de traumatismes qu'il me fallu beaucoup de temps pour reprendre le pas. Il y a eu l'alcool comme unique refuge, jusqu'à ce qu'un seul ami, Yoru, vienne m'aider à lancer une attaque massive à l'encontre de La Cour. L'affaire n'est pas terminée, de loin pas, mais elle a bien avancée.

Il n'y a pas seulement eu cette rencontre avec Namikaze Naruto, qui éveilla en moi un sentiment libérateur. Il y a eu mon ami, décédé il y a peu suite à une attaque d'un nouvel émissaire de cette organisation que je me dois de vaincre. Cette mort m'a conduite à devoir honorer ses dernières paroles, ainsi que la promesse que je lui ai faite. Aujourd'hui, Shiro Hikage est différente. Après de nombreuses missions en tant qu'assassine, je suis désormais une investigatrice et une senseï accomplie, et surtout une bien meilleure personne. Je crois en une justice bien plus équitable, bien moins violente et plus appropriée à chaque cas que je dois sanctionner. Et surtout, je tente de m'accrocher à ce rêve que Yoru et Naruto avaient en commun : celui de lier tous les villages autour d'une seule bannière, et de combattre les véritables menaces qui empêcheraient la paix de durer. Il est claire que mon nindo a bien changé, et même si je ne crois pas que utopie pourra un jour avoir lieue, je me battrai, je verserai mon sang et ma sueur pour contribuer, de mon vivant, à ouvrir la voie.




avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 140
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 25

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 529
PE:
14/500  (14/500)

Voir le profil de l'utilisateur



[...]


Hatake Kakashi avait toujours été un fervent défenseur de la paix, malgré tous les actes contraires qui pouvaient lui être imputés. Il avait vécu bon nombre d'années à être dans le trouble, son passé le rattrapant, ne cessant de le tourmenter par moult oppressions, la culpabilité le rongeait depuis cet incident. D'une certaine façon, un bout de son âme fut déchiré lors de la perte de son ami. Il savait plus que quiconque ce que provoquait les horreurs de la guerre dans son être. Pour qui n'avait perdu d'être cher, cela était compliqué à comprendre ; bien que la mort d'un individu, que ce soit de la famille proche ou des amis, n'était pas chose aisée à prendre dans la figure. La guerre donnait cependant un ton différent. De par sa cruauté, l'Homme n'a cessé de défendre ou corrompre ses intérêts. De par la guerre, nombre d'atrocités furent commises, toutes plus discutables les unes que les autres.

L'épouvantail offrait un regard à présent sérieux, n'oubliant aucunement le pourquoi de sa venue en ces lieux chauds et poussiéreux. Le village semblait tout aussi paisible que le sien, redécouvrant l'architecture si particulière de la ville. Un sourire s'inscrivant derrière son masque cachant la moitié de son visage, accompagné du bandeau fièrement porté, qui lui, cachait la pupille légendaire du clan Uchiha. S'inclinant à nouveau lorsque Kageshi lui présenta l'honneur que ce fut pour lui de rencontrer le fils du Croc-Blanc. Un autre visage se présenta à Sasuke et son Maitre, une jeune femme qui semblait déjà observer notre protagoniste avec un certain intérêt : Kakashi se sentait déjà épié et savait que le moindre geste serait analysé. Le ninja copieur était évidemment à l’aise, ne montrant aucun signes permettant de dire ses pensées ni ses émotions, il restait neutre et amorphe. C’étaient les années passées à faire partie de l’ANBU qui lui avait servi grandement, en plus de ses aptitudes données à la naissance.

Suivant ses interlocuteurs, les deux ninjas de Konoha s’avançaient dans une ruelle animée du village du Sable, naviguant entre les passants : les citoyens semblaient vivre normalement, tout comme ceux de Konoha. Les tenues étaient différentes, une autre culture se faisait sentir, ce qui n’était pas déplaisant en soi. Parvenant à un bar plutôt tranquille, où aucuns chats ne semblaient présents, certainement des consignes. La patronne était une dame serviable où un sourire était gravé sur son faciès. Enfin installés, les ninjas allaient pouvoir discuter et parlementer sereinement, autour d’un thé, dont Kakashi accepta simplement par politesse. Sa seule pupille scruta la demoiselle de façon amorphe, revenant sur son principal interlocuteur. Il se mit enfin à parler pour exposer clairement ses objectifs.

« Merci pour votre hospitalité. Tout d’abord, j’aurai deux questions à vous poser. La première, est-ce que vous chérissez la paix ? Et la seconde : est-ce que la nouvelle génération est importante pour vous ? »

Fidèle à ses habitudes, il posa tout d’abord deux questions fondamentales pour lui : plus que toutes autres choses, préservez une paix durable et soutenir les nouvelles générations qui les succédaient, tout cela était important pour lui. Les jeunes gens en face de lui, sans doute peut-être un peu moins âgés, devaient comprendre ses intentions. Une grande conviction coucha ses mots lors de son interlocution, gouvernée par ces notions, l’épouvantail souhaitait savoir leurs avis sur la question. Bien que les prochaines questions soient plutôt d’ordre géopolitique, Kakashi voulait savoir.

« Malgré la paix qui semble s’installer, nous vivons dans une période d’observation, vous l’aurez sans doute remarqué. Mon devoir en tant que Senseï est de protégé la génération qui arrive. Uchiha Sasuke, ici présent, est un de mes élèves, tout comme Namikaze Naruto. Voilà pourquoi je souhaite tout d’abord vous demander cela. Même vous, Shishiro Sera, votre avis sur la question m’intéresse. »

Son regard passa lentement de Kageshi à Sera, la flamme de la volonté semblait inébranlable dans son iris noirâtre, d’un sérieux et d’un calme olympien. Croisant ses jambes sous la table, Kakashi essayait de mettre de l’ordre dans ce qu’il avait à dire, ne laissant transparaître peu d’émotions, si ce n’est une certaine conviction dans les deux questions précédemment posées. Les deux personnes en face de lui avaient eu vent de certains de ses exploits, Kakashi se considérait comme un ninja accomplissant simplement ses devoirs, ne laissant guère les fastes d’une reconnaissance lui monter à la tête. Toujours efficace dans la plupart de ses besognes, il prenait à cœur certaines notions avec panache. Il parlait en toute franchise, évitant ainsi le jargon, ce dont il avait le plus horreur : l’hypocrisie et le mensonge. Il n’avait aucun intérêt, si ce n’est une amitié sincère entre leurs villages respectifs. Suna avait besoin de Konoha, comme Konoha avait besoin de Suna. Non seulement grâce à la proximité des deux nations, mais aussi dans ce qu’ils pouvaient échanger. Le village caché du Sable avait toujours eu du mal à s’approvisionner : l’agriculture ne fonctionnait aucunement dans ces terres desséchées.

La nation du village de la Feuille quant à lui, offrait bon nombre de produits d’agriculture, les terres fertiles et verdoyantes étaient réputées, et pas qu’à Suna. Le village de l’épouvantail avait toujours été désireux de partager, d’échanger, d’établir du commerce et faire fructifier l’économie. N’aimant guère ne s’intéresser qu’à ses propres intérêts, le village avait rarement été la cause d’une guerre, y entrant malgré lui. La volonté du feu de Senju Hashirama était toujours présente dans le cœur des habitants et des ninjas. C’est ce que le ninja copieur tentait de leur partager actuellement, sans aucune intention de nuire.



« C'est la loi de la nature… Les générations anciennes cèdent la place aux nouvelles… »
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 126
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 1036
PE:
329/300  (329/300)

Voir le profil de l'utilisateur


La feuille et le Sable!

Feat. Sera/Kakashi/Sasuke

Assis à une table, Mira apporte à nos hôtes de quoi se restaurer, comme à son habitude elle est aux petits soins pour moi et ceux qui m’accompagnent. Elle apporte différente chose à notre table, nourriture et boisson fraiche afin qu’ils ne flanchent pas sous nos yeux à cause de la chaleur. Je bois en premier, comme par reflexe. Je suis certainement en présence d’hommes moins méfiants que d’habitude toutefois, c’est une habitude qui me permet de rassurer les inconnus à qui j’offre à boire. Les empoisonnements sont monnaie-courante dans le monde des shinobis, j’ai moi-même usé de ces méthodes pour parvenir à mes fins. Qui sait ? Peut-être n’ont-ils même pas considéré que l’on pourrait en arriver là, enfin ceci n’est en effet pas une chose à laquelle nous avons pensé. Après tout un homme de la trempe du Ninja Copieur ne se laisserai pas berner si facilement, au moins il voit que nos intentions ne sont pas mauvaises. Konoha s’avère être un village peuplé de talent, un atout de poids surtout si cette amitié est sincère. C’est une chose que je souhaite, je n’étais pourtant pas pour, les menaces qui rodent à travers le monde m’ont malheureusement obligées à changer mon fusil d’épaule, de plus si mon objectif est réellement de protéger Suna et ses habitants à tout prix, Konoha semble la meilleure option d’alliance pour nous.

L’atmosphère me semble détendu, le légendaire Ninja au Sharing an est à l’aise, ce n’est pas vraiment une surprise. Celui qui l’accompagne reste silencieux depuis qu’il est arrivé ici, il est probablement l’une des jeunes poussent de Suna. A première vue, il a l’air d’avoir le même âge que Gaara-sama, il doit être lui aussi posséder un très fort potentiel pour accompagner Kakashi dans une mission si importante pour son village. Enfin, c’est Kakashi qui ouvre finalement les débats, comme je m’y attendais, il ne passe pas par quatre chemins c’est une bonne chose. Il nous pose deux questions simples, mais qui en disent long sur ce que nous sommes, c’est un homme plein de ressources on dirait.

« Je me bat pour la paix de mon village chaque jour, or la paix est une chose éphémère que l’on poursuit. Je rêve pourtant souvent d’une paix universelle, mais comme je viens de le dire ceci n’est qu’un rêve. Il y aura toujours un homme pour se dresser contre la paix, vos expériences passés ont dû vous apprendre cela Kakashi-san. »

J’y crois fermement, que la paix est une chose qui vient et qui va, combien de temps de paix notre monde a connu ? Si seulement elle avait un jour était réel, je rêve comme je l’ai dit, un monde dans lequel les conflits n’auraient plus leur place. Malheureusement, je suis réaliste, même si on y parvenait, un jour quelqu’un viendrait balayer ça en une fraction de seconde j’en suis certain ! Il n’y a cas regarder dans l’histoire du village de nos hôtes pour s’en rendre compte. Hashirama Senju unifiant les clans en guerre depuis toujours pour les réunir sous une même bannière. Pourtant son fidèle ami, celui qui l’avait aidé à construire tout cela, vint bafouer tout leur travail et succomba de sa main ! Les menaces qui nous guettent sont bien trop nombreuses, je ne saurais recenser le nombre d’homme avide de pouvoir que je connais, mon propre village en est infesté.

« Ne prenez pas ceci comme un rejet de ma part, je crois que la paix entre nos nations, une entraide sincère serait plus qu’utile pour nos deux villages. Pas seulement pour le commerce, mais pour ce jeune homme que vous avez amené ou bien pour Gaara-sama le Jinchuuriki de notre village. Ils représentent l’avenir, un avenir que je m’efforce de préserver. »

@ Gumi




avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 104
Date d'inscription : 20/10/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 809
PE:
68/300  (68/300)

Voir le profil de l'utilisateur





"

LA FEUILLE ET LE SABLE
 

"

Les dialogues suivent leurs cours et pour le moment, je n'ai strictement rien à étudier. Tout me semble déjà ordinaire et étonnamment plutôt sincère. Il n'y a rien de plus normal pour un ancien ANBU que d'être capable de dissimuler ses émotions, et même si le tissu fin qui masque partiellement le visage de Kakashi Hatake pourrait m'indiquer quelconques traces d'émotions, celui-ci semble naturellement doté d'un sang-froid à toute épreuve. Les plus puissants ninjas sont capables de ce genre de dons, et il est plus courant de voir d'anciens membres des services secrets maîtriser ce genre d'aptitude. Il n'y a pas besoin d'être un expert pour s'en apercevoir et en prendre conscience. Et contrairement à son inexpressivité pouvant s'avérer déroutante, Kakashi Hatake est plein de bonnes intentions. C'est un sensei attentionné, et la présence de son élève ici témoigne de sa volonté à donner l'opportunité à ses disciples de trouver leur voie et de comprendre les fonctionnements de ce monde politique et dangereux. Par ailleurs, il a fait mention de Naruto, et c'est ce qui m'oblige soudainement à être un peu plus présente.

" Mon devoir en tant que Senseï est de protégé la génération qui arrive. Uchiha Sasuke, ici présent, est un de mes élèves, tout comme Namikaze Naruto. Voilà pourquoi je souhaite tout d’abord vous demander cela. Même vous, Shishiro Sera, votre avis sur la question m’intéresse. "

" Alors nous avons le même devoir." Dis-je fixement, en poursuivant mon en-cas.

Je laisse Kageshi présenter sa vision des choses, et je ne m'avancerai en rien dans ses propos. Ils sont justes et je partage son opinion au sujet de la paix mais néanmoins, j'ai fais de nombreuses promesses qui tendent à respecter des notions que m'ont transmises des personnes que je considère grandement. Toutefois, j'ai été également interrogée et avant de demander comment Naruto se porte, je me dois de répondre sincèrement et avec du recul. J'attends quelques secondes avant de m'assurer que mon binôme n'ai plus rien à dire. J'avale ma viennoiserie et commence :

" Si c'est mon avis qui vous intéresse, alors je ne parlerai qu'en mon nom, et au nom de ceux pour qui mes sentiments fraternels servent, et ce indépendamment de la conjoncture actuelle... "

Dis-je en avançant un peu plus les coudes sur la table. J'humidifie un peu mes lèvres pour ne pas être gênée dans ma prise de parole, et tape discrètement des mains pour enlever quelques miettes.

" J'aime la paix, depuis que je suis née. Je ne veux qu'elle et je souhaite un jour pouvoir déposer mon bandeau frontal en me disant que le monde n'a plus besoin des ninjas pour le protéger. Alors, même si la paix, la vraie, relaterait d'une utopie, elle reste tout de même un objectif. Si de mon vivant je n'aurai pas l'occasion de la connaître, j'agirai autant que possible pour contribuer à son avènement. En cela, oui, la nouvelle génération est importante pour moi... "

Je marque une pause en déposant mon regard sur le jeune chûnin. J'ai vu juste en pensant que celui-ci était dans la même section que Naruto, et cela me procure d'avantage de bien-être. Dans le fond, je veux revivre le moment que j'ai passée à Konoha il y a quelques semaines. Je bois une gorgée de mon thé et poursuis paisiblement :

" Elle est importante car c'est elle qui nous dépassera, et nous aidera à apporter la paix. Je suis également la tutrice d'une jeune kunoïchi. Je sais ce que ça représente. "

Je soupire un l'apparition soudaine d'un regard introspectif me trahis. La présence des ninjas du pays du Feu s'annonce comme un véritable renouveau pour moi. J'ai longtemps vécue en autarcie et dans la terreur et désormais, je me retrouve à parler de paix avec des potentiels alliés entretenant de bonnes relations avec celui qui m'a aidé à retrouver une certaine paix intérieure. Je me hâte de terminer mon thé avant de conclure :


" Il y a quelques semaines, à la fin de l'été, j'étais à Konoha. J'étais responsable d'un groupe de chûnin chargé d'escorter un convoi d'armements jusqu'à l'académie. Lors d'une pause, je me suis rendue à Ichiraku Ramen. Inutile de vous préciser, je pense, qui j'ai rencontrée là-bas. Depuis mon retour ici, beaucoup de choses ont changées en moi. Je viens d'un milieu défavorisé, et j'ai grandie au milieu de la violence, dans l'affrontement constant contre des bandes organisées. Comme beaucoup, j'ai été également victime d'atrocités, mais quand vous regardez ce garçon dans les yeux, quelque chose se passe. C'est comme si il était capable de suspendre votre haine à de solides chaînes pour vous l'extirper et ne plus jamais vous la rendre. "

Je recule à nouveau sur le dossier de ma chaise. J'ai l'impression d'en avoir trop dit mais qu'importe, car mes paroles ont justifiées mon soudain changement d'humeur. Si ça ne tenait qu'à moi, j'aurai déjà signer le papier de cette alliance, mais la décision ne me revient pas. En revanche, qu'importe l'issue de cet entretien, car pour moi, Konoha est déjà un allié. Je m'y connais très peu en politique, si bien que mon métier d'enquêtrice ne m'a jamais conduite à être porte-parole du Kazekage. Je lis encore en ce moment des bouquins pour apprendre des choses rudimentaires au sujet de l'histoire de notre pays et de notre monde. Néanmoins, à présent, ce que je peux faire de mieux est de laisser nos interlocuteurs réagir, et de rester focaliser sur les détails de leurs réactions. Par simple professionnalisme, je ne peux me contenter de me baser sur mes sentiments ou mes acquis. Il en vient à décider du sort de deux villages pour lesquels j'ai une forte estime. J'ajuste le col de mon gilet de jônin avant de croiser les bras et les jambes, et de reprendre une expression stable, propice à l'analyse et à l'observation.



avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 140
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 25

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 529
PE:
14/500  (14/500)

Voir le profil de l'utilisateur



[...]


Entendre de jeunes gens parler ainsi réchauffait le cœur de l'épouvantail, malgré cela, il ne disait rien, ne montrait rien, si ce n'est ses convictions qui lui prenaient les tripes. Il n'était pas vraiment quelqu'un qui stressait à la base, et, malgré ses aventures dans l'élite de Konoha, ses aptitudes étaient aussi dû à son caractère. L'homme au Sharingan caché entrecroisa ses doigts, ses mains l'une contre l'autre, les coudes posés sur la table rustre et entretenue. Il écoutait attentivement ses deux interlocuteurs : ils avaient effectivement ce même désir, Kageshi semblait plus réservé quant à cette paix. Il avait raison sur un point ; un homme sera toujours prêt à bondir contre cette paix, après tout, chaque être dans ce monde avait le choix de faire le bien ou de faire le mal. Cela pouvait être manichéen, mais le monde était ainsi. Les peuples, par exemple, savaient instinctivement ce qu'était le bien et le mal. Le libre arbitre devait malgré tout être préservé.

Kakashi savait parfaitement cela. Pourtant, quand il voyait Naruto - ou même le père de celui-ci -, il était persuadé que cela pouvait changer, qu'une véritable paix pouvait exister. Ce gamin avait toujours eu le pouvoir de changer les gens autour de lui, peu importe combien leurs cœurs sont obscurcis. L'esprit du jeune Uzumaki était d'une clarté et d'une sincérité qui feraient bien pâlir des hommes. Avant que la douce Sera n'exprime son ressenti, l'Hatake répondit à Kageshi :

« Les rêves sont fait pour être réalisés. Il suffit de ne jamais abandonner. » Il laissa un fin sourire sincère se glisser sous son masque noir, plissant les yeux en même temps.

Son acolyte féminine répondit à son tour, il était attentif à ce que chacun disait. Son attention augmenta lorsque la jeune femme évoqua un garçon : étrangement, il comprit rapidement de qui il s'agissait :

« Naruto a toujours été ainsi, prêt à tout pour prouver sa valeur et pour changer les gens en bien. Lui vous dira que c'est moi ou son père qui lui a transmis toutes ces idées. Et moi je vous dirai que c'est lui qui les incarnent le mieux. Je ne me suis pas toujours vu en tant que vecteur. Ce qui nous forge, ce sont autant nos amis, que notre milieu social qui nous fabrique. »

Oh non, ça n'avait pas toujours été comme ça pour Kakashi : voir son père mettre fin à sa vie l'avait fait se sentir complètement abandonner, désemparé et torturé. Comment avait-on pu faire ça à un ninja aussi réputé ? Juste parce qu'il avait décidé que ses coéquipiers avaient plus de valeur que la mission qu'on lui avait attitré. C'était ce genre de choses qu'il détestait le plus. Lorsqu'il était plus jeune, il prit le chemin inverse : Kakashi mettait la mission au cœur de l'importance. Kageshi avait raison, en disant que les expériences de l'Hatake avaient démontré ce que les hommes étaient capables de faire : ils pouvaient faire le pire, comme le meilleur. L'Homme était un loup pour l'Homme, le ninja copieur en avait conscience. Il était pourtant persuadé que cela pouvait exister. Bien sûr, lui-même, Kageshi ou Sera ne seront peut-être pas là pour le voir, mais qui sait ? Avec détermination, tout était possible, Kakashi y croyait jour après jour, scrutant la route de Naruto, Sasuke et Sakura. Il revint aux objectifs de sa mission :

« Konoha n'a jamais été friand de guerres. Notre nation a toujours voulu défendre certaines valeurs. Bien sûr, il y aura toujours des hommes pour aller contre la paix. Mais quand je vois Naruto, je suis convaincu que des mots, des actes et une grande détermination peuvent faire un boulot de compréhension. Vous l'aurez sans doute remarqué, mais je ne suis pas venu ici pour mentir : Konoha cherche des partenaires et pour nos dirigeants, Suna est la meilleure possibilité et semble plutôt pacifique. Nous avons également des soucis internes, parfois, mais globalement, le village est calme. Konoha est prêt à fournir ce qu'il faut pour commercer avec Suna. Je sais qu'ici, il est impossible d'avoir une bonne irrigation ou une agriculture : nous sommes évidemment prêts à vous soutenir. »

Un long paragraphe de paroles, Kakashi parlait rarement à ce point, mais il fallait aussi revenir aux points cruciaux de la rencontre : le partage. Konoha souhaitait commercer avec Suna, pas uniquement pour ses besoins, mais si le village caché du Sable avait besoin de soutien, Konoha était le partenaire essentiel. Les pays étaient proches entre eux, notamment au niveau terrestre. Quelques villages les séparaient. Un pont entre ces deux grands pays seraient bénéfiques pour les deux, ainsi, cela montrerait également aux autres grandes nations que l'on pouvait tout à fait vivre en paix. Du moins, c'étaient les pensées de Kakashi. Yondaime Hokage pensait la même chose et l'Hatake ne faisait qu'être l'écho de ses idéaux, qu'il partageait sans failles.

Il y avait également d'autres points, comme certaines petites nations qui souhaitaient mettre le feu aux poudres. D'autres étaient plus pacifiques, essayant de miser davantage sur l'économie et le commerce. Les grandes nations allaient forcément user de leurs influences pour orienter la vision des petites nations. Konohagakure était bien sûr intéressé par certains d'entre eux : Kusa no Kuni était intéressante d'un point de vue commercial, faisant la liaison entre Iwa et Konoha. Ame no Kuni se situait également sur les frontières avec Konoha, théâtre actuel d'une guerre civile. Il relâcha ses bras, se tenant normalement, il espérait évidemment que cela soit de bonne augure, ce lien entre Suna et Konoha.



« C'est la loi de la nature… Les générations anciennes cèdent la place aux nouvelles… »
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 126
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 1036
PE:
329/300  (329/300)

Voir le profil de l'utilisateur


La feuille et le Sable!

Feat. Sera/Kakashi/Sasuke

Le début de la conversation permet de faire plus ample connaissance, cela permet à chacun d’analyser son vis-à-vis et de se faire son opinion sur lui ainsi que les intentions de ce dernier. Les présentations n’ont pas besoin de durer longtemps, pour un homme tel que Kakashi, il ne faut pas plus de quelques phrases pour qu’il se fasse son avis sur nous. Je n’en ai pas besoin non plus, non pas que mon talent d’analyse égale celui de ce légendaire ninja, mais sa réputation est tel que l’avoir en face de moi me suffit à voir que les dires sur lui sont vrais. Au cours de ces échanges amicaux, un nom revient souvent, celui de Naruto, l’élève de Kakashi semble-t-il. Un garçon que Sera à visiblement rencontré au cours de l’un de ses voyages au pays du Feu. Je passe mon tour et les laisses converser sur ce jeune homme, ce n’est pas qu’il ne m’intéresse pas, simplement je préfère parler de ce qui pourrait unir nos villages. Ce point le ninja copieur le met sur la table rapidement.

Nous entrons alors dans la phase technique de la négociation, mon vis-à-vis est bien préparé, il évoque les avantages que l’on aurait grâce à cette alliance. Il a raison, l’irrigation est difficile, faire de l’agriculture dans le désert relève du miracle, nos maigres récoltent sont principalement axées sur les plantes médicinales, un secteur dans lequel nous excellons. Pour ce qui est de la nourriture, la plupart proviens de l’importation d’autres pays. Les terres fertiles du pays du Feu serait un soulagement financier certain. Une alliance est faite pour ça, les prix sont plus bas à condition que l’alliance soit bonne pour les deux parties. Alors qu’avons-nous à offrir à ce village qui semble tout avoir ? Un allier militaire déjà, plusieurs villages ont des vues sur la Feuille d’autres sont dans l’instabilité constante, Kawa no kuni, Mizu no Kuni pour ne citer qu’eux. L’information est également un point qui pourrait intéresser nos homologues de Konoha, car quoiqu’on en dise, les renseignements de Suna sont efficaces et pourrait donner des précieuses infos.

« Nous ne recherchons pas la guerre non plus. Notre village commence à peine à refaire surface, le conflit est donc une chose que nous cherchons à éviter pour le moment… N’y voyait là aucun sous-entendu, mais la situation certains villages et même certains pays est inquiétante, aujourd’hui je suis certain d’une chose, un jour où l’autre ses conflits qui perdurent dans d’autres contrés finiront par devenir les nôtres et quoiqu’il arrive nous seront forcés d’intervenir. »

Ce que je dis là n’est pas anodin, ma rencontre avec Mangetsu Hozuki m’a éclairci sur la situation de Kiri et plus globalement du pays de l’Eau. Là-bas, deux groupes s’affrontent, ou plutôt, un groupe chasse l’autre. Les shinobi de Kiri et les habitants du village semble complètement sous le contrôle de Yagura. Ce Kage aux airs d’enfant est un tyran, un fou voulant exterminer les utilisateurs de Kekkei Genkei. Son ambition démesurée ne se limite pas à son pays et dépassera un jour les frontières et d’après une certaine logique, la première grande nation à se trouver sur son chemin sera Konoha. Quant à notre village, c’est le village de Ame qui m’inquiète le plus, Hanzo n’est claire et je ne saurais lui accorder ma confiance, il semble fourbe et très puissant. De plus j’ai eu vent qu’une partie de la population aurait l’intention de se soulever, j’aimerai rencontrer leur leader afin de voir s’il n’est pas pire que Danzo. Il ne faut pas changer pour changer, mais changer pour quelque chose de meilleur !

« Je suis certain Kakashi-san, que vous gardez vous aussi un œil sur Kiri et ce qu’il se passe là-bas. Je suis assez inquiet même si leur territoire est très éloigné du notre. Ame attire aussi mon intention, je ne fais pas confiance à son dirigeant, ce sont des choses pour lesquels Suna souhaiterait votre coopération. Il y a également Kawa frontières entre nos deux pays, l’instabilité qui règne là-bas pourrait être un problème, si nos routes commerciales sont menacées ce sera un réel problème pour vous comme pour nous. Si vous souhaitez la paix dans ce monde, vous savez que le conflit sera inévitable, c’est en tout cas ce que je pense et en cela l’alliance de nos deux villages est primordiale. »

@ Gumi




avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 104
Date d'inscription : 20/10/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 809
PE:
68/300  (68/300)

Voir le profil de l'utilisateur





"

LA FEUILLE ET LE SABLE
 

"
On est sur la même longueur d'onde, et je le savais déjà. Je savais depuis le début de notre entretient que notre alliance avec Konoha allait être accomplie. Néanmoins, il nous reste des sujets importants à aborder, et mon engagement comprend de nombreux points dont je n'ai jamais eue à souligner. C'est cependant le moment pour moi de me montrer compétente en tant que diplomate et en tant que philanthrope. On aborde la question du bien-être des habitants de Suna et une nouvelle fois, mon rôle dans cet entretient prend de l'importance. De mon point de vue et de mon raisonnement dépendent des actions importantes.
Dans un autre point, je connais la tension entre certaines puissances du continent. Je sais que la guerre est inévitable et que bientôt nous partirons pour faire front commun. Je ne pensais pas devoir prendre la parole maintenant, au moment où nous abordons des questions fondamentales sur nos rapports étendus. Mais comme nous venons d'accomplir une alliance, il est certain que dorénavant, leurs missions seront les nôtres, et inversement. J'ai donc de plus en plus l'envie de m'améliorer et de reprendre rudement les entraînements. Dans les multiples fonctions que couvrent mon métier, je n'ai pas eue le temps de rigoureusement m'entraîner à développer d'avantage de techniques. A part l'Akai Shikyo que je maîtrise presque à la perfection, il me reste encore du chemin à faire avant de prétendre être une des plus redoutables kunoichi parmi tous les pays alentours. Il va pourtant le falloir, car ceux que je vais affronter à l'avenir seront sans doute des adversaires redoutables.

" Ravie d'apprendre que Konoha a besoin d'aide. Comme vous l'avez souligner, une bonne irrigation et un accord agricole ne nous sera que bénéfique, et nous vous en serons extrêmement reconnaissants. Dans certains quartiers, c'est tout ce qu'il manque pour réduire significativement la pauvreté. Comme l'a souligné Kageshi, plusieurs conflits naissent, et si notre alliance repose sur un traité pacifique et comprend des accords commerciaux, je ne vois aucun inconvénient à devoir faire front commun. Bien sûr, quand bien même nos routes commerciales seront impraticables pour cause de guerre, il sera peut-être dans notre devoir de prendre une décision servant à la paix. Bien entendu, je pense que tous autour de cette table, nous savons qu'il est impossible de ne pas avoir de sang sur les mains. D'autant plus que nous en avons déjà. "

Je détourne un instant mon regard vers Kageshi. Je dois lui faire part d'une requête qui n'engage pas que moi. Il est mon supérieur et même si je brûle d'envie d'offrir mes services à Konoha, je dois avoir son accord.

" Kageshi, je demande la permission de pouvoir être assignée à des missions d'ordres militaires aux côtés des groupes de classe A de Konohagakure no Sato. A la fois en tant qu'aide tactique ainsi qu'en tant que combattante. Par ailleurs, si vous me le permettez, je me porte garante du développement interne et externe du département de stratégie et d'intervention militaire. Je suis la seule présente ici, et je suis la seule Jônin de Suna à m'être déjà rendue à Konoha ces dernières semaines. Je connais le fils du Yondaime Hokage. Je suis peut-être le seul élément capable de diriger mon département vers ce en quoi nous croyons. "






Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 140
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 25

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 529
PE:
14/500  (14/500)

Voir le profil de l'utilisateur



[...]


L'élite de Konoha croisa les bras durant son attention qui était toute à ses deux interlocuteurs, maniant toujours aussi habilement son verbiage et sa dégaine assurés, il paraissait toujours aussi éteint et passif : c'était tout le contraire. L'épouvantail vint finalement entrelacer ses mains l'une dans l'autre, les coudes sur la table du bistrot. Visiblement, il avait "marqué" des points, bien qu'il ne soit pas uniquement présent lors de cette petite entrevue, juste pour les intérêts de Konoha. Sunagakure partait très bien pour un nouveau départ, sortant enfin la tête de l'eau, l'Hatake était fier d'eux dans le fond. Oui, ce n'était pas sa patrie ni son village, pourtant, une certaine étincelle était né dans ces lieux si paisibles, bien qu'aux conditions pas toujours évidentes, la population avait su s'adapter durant les siècles. Pourtant, le problème de l'irrigation et des sécheresses aigües étaient toujours présents, ils avaient dû s'adapter à chaque circonstances que la dure vie leur offrait en ses terres arides. Le héros de Konoha se mit enfin à leur répondre, conciliant chacun de leurs discours dans sa tête pour les mémoriser :

« Je peux comprendre que les nations externes n'aient pas toutes une situation rassurante : la politique est le cadet de mes soucis. Pourtant, nous devons agir fermement et de la manière la plus juste possible. Je me suis moi-même intéressé de près à Kiri, sans que je ne m'y sois pour le moment rendu. Concernant Ame, eh bien, le Sannin légendaire Jiraiya y a autrefois enseigné des techniques ninja à trois jeunes gens, ils pourraient être une bonne source d'informations. A condition de les trouver et de savoir s'ils sont toujours en vie. Connaissant Jiraiya-sama, je parierai sur leur survie et sur les idéaux de notre ninja légendaire. Ne vous inquiétez pas pour ces sujets, j'imagine que nous aurons l'occasion d'en rediscuter. »

Il marqua un temps de pause, levant son visage et sa pupille vers le plafond, comme pour trouver une réponse ou réfléchir à ce qu'il allait dire. Il aimait peser ses mots, prendre le temps de bien formuler, malgré que ça puisse être de longs monologues, il voulait conserver leur intérêt.

« Pour nos liens commerciaux, pour marquer le début de notre alliance, nous pouvons établir des routes et comptoirs commerciaux, mais également vous promettre tout ce que vous souhaitez au niveau alimentaire, à commencer par des légumes et autres fruits de saison. Konoha s'intéresse à votre culture et aussi à votre faculté à trouver des plantes, bien que nous en ayons, certaines ne se trouvent que dans votre région. Souhaiteriez-vous établir un pacte défensif ou un pacte de renseignements ? Ou même les deux, que tout cela soit compris dans le traité de l'alliance, à la rigueur. »

Laissant un blanc, il reprit aussitôt, penchant de nouveau la tête et appuyant ses deux mains croisées contre le dessus de son menton, son regard se faisant plus sérieux, mais toujours aussi sûr de lui et calme.

« Je sais, et nous savons, que parfois la guerre est inévitable. N'oublions pas cependant de bien réfléchir à chacune de nos actions. Si la guerre peut être évitée, on doit tout faire pour que ce soit le cas. Konoha compte bien mener une politique sérieuse, et je pèses mes mots, avec Namikaze Minato en Hokage, il aime mener une politique sérieuse et pacifique. En tant que Bras-droit et intendant, nous vous autorisons bien entendu à mener des missions conjointement aux ninjas de Konoha. Rien de tel pour sceller nos liens d'amitié. D'ailleurs, si l'un de vous deux souhaitent mener une mission en ma compagnie, un jour, je serai ravi d'y participer. » Disait-il en terminant sa phrase, un sourire naissant derrière son masque noirâtre. Visiblement, l'alliance était scellée dorénavant, du moins, si les points du traité ont tous été abordés. Konoha n'était pas vraiment du genre à trahir ses paroles, toute la Volonté du Feu reposait sur cet idéal-là : ils ont souvent participé à des guerres, malgré eux. Oh, bien sûr, ils ne sont pas tous blancs non plus, n'importe quelle nation pouvait commettre des erreurs. Parfois des erreurs qui détruisaient les piliers et les fondations de la civilisation humaine et shinobi. Voilà pourquoi une politique sérieuse était toujours plus prolifique qu'une mascarade politique ou lorsque des bacchanales éclataient. L'élite de la Feuille croisa de nouveau ses bras, son visage s'était détendu dès lors, toujours aussi calme et amorphe.




« C'est la loi de la nature… Les générations anciennes cèdent la place aux nouvelles… »

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sauter vers: