Partagez | 
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 119
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 482
PE:
49/300  (49/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Mar 13 Sep - 12:31
Fall


Beaucoup pensent que la vie d'un nukenin est simple, plus libre, belle, pleines d'aventures. Ces gens se trompent, il n'y a rien de pire qu'une vie comme celle-là. Nous sommes en permanences traqués tels de vulgaires bêtes. Vivre, respirer, aimer, construire, tout ceci et plus encore nous est impossible. Il faut en continuellement courir, combattre, se cacher. La liberté n'est pas de mise, beaucoup d'endroits nous sont interdits, d'autres à éviter pour pouvoir espérer survivre. La simple vue de votre bandeau rayés suffit à vous déclarer mort, beaucoup sont prêts à vous trahir pour les quelques ryos sur votre tête. Je ne compte plus le nombre de combats, le nombre de blessures que j'ai subis à cause des chasseurs de nukenin. Cela fait tellement longtemps que je n'ai pas dormi correctement, passer un repas sans devoir regarder autour de moi en permanence. Finalement, ils ont réussi ces villages, je ne me considère plus comme humain, mais comme une bête, un monstre sans âme. Un sourire se dessine sur mes lèvres quand il m'arrive de penser à mes projets, à ce pourquoi j'étais devenu déserteur. Tout ceci semble tellement utopique maintenant, tellement ridicule. Ce n'est pas physiquement qu'il me faut me battre jour après jour, mais mentalement.


Je me trouve encore une fois dans un de ces endroits miteux, remplis d'abrutis, de tueurs, d'alcoolique. Un endroit parfait pour une bête, l'odeur est de mise. L'un de ses hommes, totalement alcoolisée fait l'erreur de s'approcher trop vite de ma personne. Par réflexe et pour éviter toute surprise, avec une vitesse digne d'un shinobi, ma main attrape un kunai et le place sous sa gorge. L'homme, paniqué se pisse pratiquement dessus, tandis que tous me regardent sans dire le moindre mot. Puis, le kunai retrouve sa place naturelle, dans ma pochette, tandis que l'abrutis s'éloigne rapidement. Lentement la pression redescend tandis que mes mains jettent quelques ryos sur ce comptoir pour payer mes consommations. Dehors le temps est mitigé, assez gris, une sale journée encore. Cela se confirme quelques minutes plus tard, tandis que mon corps se déplace dans cette forêt. Quelques bruits m'interpellent, à droite et à gauche, les buissons bougent. Vite quelques kunais sortent de ces verdures, les esquiver ne fût pas dur d'un léger saut. Tandis qu'un katon me prend par surprise, le cristal n'a pas le temps de recouvrir toute ma peau que l'attaque me projette plus loin. Légèrement blessé je n'ai toujours pas pu voir mes ennemis. Rapidement l'un d'eux sort des buissons et se diriger vers moi un kunai à la main, sans la laisser s'approcher, ayant compris leur stratégie des pics de shotons viennent le transpercer littéralement. L'autre homme s'était glissé derrière ma personne et tente de m'égorger, à la dernière seconde j'ai le temps d'esquiver le laissant me blesser superficiellement. Un troisième apparaît sur le côté, je ne l'avais pas prévu, venant tout juste d'activer mes dons de senseur. Tandis que je sens son kunai me transpercer sur le côté sans bouger d'autres pics sortent de la terre le transperçant. Le dernier, celui ayant tenté de m'égorger semble énervé. Un autre katon sort de sa bouche, l'esquivant tant bien que mal il me blesse à nouveau, trois, quatre, shurikens sont lancés l'un d'eux me touche à la jambe les trois autres rebondissent sur l'armure de cristal que je me suis faite. Un énorme dragon de cristal apparaît derrière l'homme et l'écrase littéralement.


C'était bien la première fois qu'autant d'adversaire se présentèrent à moi, ils étaient de plus en plus pressant. Je n'avais pourtant laissé paraître aucun signe sur mon statut de déserteur, je suppose que de sortir un kunai plus tôt à l'auberge était une idiotie. Les blessures n'étaient pas à prendre à la légère, le saignement était assez important, utilisant mon haut pour tenter de stopper le saignement tout en me trainant tant bien que mal plus loin. Une fois sortie de la forêt, je vois au loin une sorte de cabane qui semble abandonné, je m'y glisse, trainant cette jambe blessée. Une fois à l'intérieur je m'écroule contre le mur face à la porte, lentement ma vue baisse tandis qu'une ombre semble apparaître. Dans un ultime effort quelques mots à peine audible se laisse entendre :


"- Naïja... Je suis dé...so..lé" Dis-je avant de m'évanouir.




Le masque que porte Hatoma:
 



avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Mer 14 Sep - 6:06


Jusqu’ici, tout va bien.

Il y avait plusieurs jours déjà qu’elle avait tout laissé derrière, résolue à ne plus regarder que devant. Se concentrer sur le présent était vite devenu une question de survie. Un pas, un autre, encore et encore, tous les jours jusqu’à l’épuisement total. Se nourrir, s’hydrater, trouver une nouvelle cachette chaque nuit, éviter les rencontres à tout prix. Car elle était traquée maintenant, une Nukenin. Kaede se faisait doucement à l’idée, jour après jour, pas après pas.

Trop tard pour revenir en arrière.

Un peu machinalement, son chemin l’avait d’abord menée à travers le pays des Rivières, vers la vallée de son enfance. Espérait-elle naïvement y retrouver l’auteur de ses jours après toutes ces années? L’erreur aurait pu lui coûter cher, puisqu’à Suna on connaissait son histoire et qu’à la découverte de son évasion, cet endroit serait certainement le premier que les traqueurs fouilleraient. Mais non, la chance avait été de son côté, personne. La jeune femme n’avait trouvé qu’une mansarde délabrée, passant vite son chemin, enfouissant ses souvenirs les plus chers au fond d’elle-même. Il n’était plus temps de songer au passé.

J’ai fait le bon choix. Pour moi. Pour toi, ma sœur, mon petit ange. Et pour les autres, ceux que ma science sauvera.

Ses pas l’avaient portée encore plus loin, dans une zone montagneuse. Elle ne pouvait se permettre de s’arrêter, il lui fallait mettre le plus de distance possible entre elle et son ancien village d’adoption. Un peu de solitude, un peu de misère, contre l’espoir de sauver nombre de vies?

J’ai fait le bon choix.

À force de se le répéter, peut-être Kaede finirait-elle par y croire.

Le terrain montagneux se faisait de plus en plus boisé, et le temps se couvrait. La kunoichi n’en était pas particulièrement contrariée. Camoufler sa présence dans de telles conditions devenait d’autant plus facile. Elle entendit de loin les premiers affrontements, et comprit immédiatement à quel genre d’ennuis elle s’exposerait en s’approchant. Seule, elle n’était que trop consciente de sa vulnérabilité malgré la relative maîtrise qu’elle possédait de ses techniques. La médic choisit de rester en retrait jusqu’à ce que ça se calme, se réfugiant au sommet d’un arbre. Finalement, après que le silence soit revenu, elle céda à la curiosité et approcha avec précaution.

Il lui fallut peu de temps pour trouver les corps. Elle eut à peine besoin d’un regard pour conclure qu’il n’y avait plus rien à en faire, de ceux-là. Tous morts, transpercés de part en part par quelque chose de brutalement efficace. Elle ne s’attarda pas sur les lieux mais choisit plutôt de suivre les traces de sang qui maculaient le sol de la forêt, ignorant superbement cet instinct qui lui hurlait de prendre la direction opposée.

C’est ainsi qu’elle eut tôt fait de tomber sur une construction dont la condition lamentable ne laissait aucun doute sur son état d’abandon. Il y avait quelqu’un à l’intérieur. Et en vie, cette fois. Mais tout ce sang… Prête à devoir se défendre mais trop curieuse pour s’en empêcher, la médic passa le seuil avec précaution. Elle aperçut tout de suite le type affalé contre un mur, dans la pénombre, à peine conscient, mais en vie comme elle l’avait deviné.

Ami ou ennemi?

Vieux réflexe. La demoiselle eut presque envie de rire de sa propre question intérieure. Tout était devenu si simple maintenant : il ne lui restait que des ennemis. Elle franchit quand-même la courte distance qui les séparait, prête à devoir se défendre bien qu’elle doute que le blessé soit en état de l’agresser en ce moment. Les yeux de la kunoichi cherchèrent frénétiquement un signe d’appartenance, le symbole d’une nation que la plupart de ses anciens collègues arboraient si fièrement, synonyme de danger pour elle aujourd’hui. Elle n’en trouva pas, bien que le survivant soit de toute évidence un combattant, à en juger par sa carrure et par les armes qu’il n’avait pas eu le temps de ranger.

Elle l’entendit murmurer quelques mots, des… excuses?

Kaede se pencha sur lui. Cette fois, il était bel et bien inconscient. Ça faciliterait les choses. Curieusement, l’homme portait un masque dont elle n’avait jamais vu l’équivalent nulle part. Il faudrait le lui retirer plus tard, ça l'aiderait à mieux respirer (et surtout, satisferait l’insatiable curiosité de la jeune femme). Elle évalua rapidement l’état dans lequel l’étranger se trouvait : critique. Pouls filant. Il ne lui en restait plus pour longtemps. S’assurant en vitesse qu’il n’y avait plus personne dans les environs, elle revint  auprès du blessé, résolue à tenter de le sauver malgré les risques encourus.

« C’est toi qui leur as fait ça? Eh ben, ils ne t’ont pas fait de cadeau non plus… »

Brûlures, coupures superficielles, tout ça ne demanderait qu’un peu d’onguent, des pansements et du repos. La fémorale sectionnée, c’était une toute autre histoire.

« Tu vas mourir un jour, inconnu. Mais pas maintenant, je ne te laisserai pas faire. »

Avec ce sourire caractéristique qui n’avait plus illuminé son visage depuis un sacré bout de temps, Kaede repositionna son patient pour être en mesure de le soigner au mieux, sortit son matériel de son sac et se mit au travail, les gestes répétés des milliers de fois lui venant aussi naturellement que de respirer. Une combinaison d’Irou et de science médicale allait faire l’affaire, à condition qu’il se tienne tranquille et ne bouge pas.


Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 22:38, édité 1 fois
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 119
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 482
PE:
49/300  (49/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Sam 17 Sep - 2:29
Fall


Étais-ce donc la fin ? Je ne le savais pas, mais secrètement je l'espérais. Fatigué de me battre ne permanence pour rien, de courir, de me cacher. Voilà ce à quoi ressembler la misérable vie d'un homme ayant déserté son village pour la paix. C'était à se demander si cette paix m'était autorisée et si au final, ce n'était que la guerre et le mépris qui toquaient à ma porte. Devant ma personne se trouvait une ombre, une présence que je pouvais ressentir ,mais pas voir. Très floue, ses paroles étaient à peine audible, mon état ne me permettait pas de réagir. Ouvrant les yeux quelques secondes avant de les voir se fermer encore, la scène eue lieu plusieurs fois. Avant qu'enfin, après un moment, il me fut possible d'ouvrir ces derniers. Elle se trouvait devant moi, en train de rafistoler ce vieux corps qu'était mien. "Tu vas mourir un jour, inconnu. Mais pas maintenant, je ne te laisserai pas faire." Étaient les seuls mots restant. Pourquoi ? Aider un inconnu était l'une des choses les plus stupides à faire, surtout quand on est un nukenin. Comment je le savais ? Elle savait utiliser l'irou et à haut niveau apparemment et ce genre de ninja ne se promène jamais seul hors de son village tant ils sont précieux. La jeune femme ne devait pas avoir quitté sa maison depuis longtemps si elle ne savait même pas cela. Tant bien que mal mon corps bougea légèrement, tentant de me lever, mais c'était impossible pour le moment. Me voici, totalement sans défense devant un ninja qui m'était totalement inconnu. Pendant que ses mains parcouraient mon corps pour le reconstruire, un léger soupir s'échappa de ma bouche. Tandis que quelques mots se laissèrent entendre.


"- Qui es-tu ? Et surtout, pourquoi ?" demandai-je simplement.


Aucune personne sur cette terre venait en aide aux autres sans en attendre un certain retour. Que ce soit d'aimer entendre ces personnes vous remercier ou une récompense pécuniaire. Même les personnes qui disaient faire ça par plaisir, n'était que de gros menteurs n'osant pas avouer la satisfaction personnelle qu'ils en tiraient. Sauver la vie à un inconnu pouvait avoir plusieurs avantages, souvent, la personne qui est sauvée se sent tellement reconnaissante qu'elle fait tout ce que l'autre veut. Sauf que, je n'étais pas ce genre de personne et même si la jeune femme m'avait sauvé la vie, je ne serais pas à ses pieds. Mes yeux scrutaient la totalité de son corps, l'examinant avec attention, elle semblait aimer ce qu'elle faisait. Étrangement il ne s'agissait pas d'une simple satisfaction, ses yeux dégageaient une certaine lueur, indescriptible. Cette femme était vraiment très étrange.


"- Tu sais que tu viens de sauver l'un des plus grands tueurs de tous les temps ? J'ai tué plus de deux cents personnes, enfants, sans aucune peine." dis-je froidement


Je voulais simplement la tester, ce mensonge allait me permettre de savoir avec une certaine certitude de quel genre de personne il s'agissait. Simplement lui parler ne serait sûrement pas intéressant, essayer de la comprendre serait sûrement bien plus stimulant. De toute façon pour le moment j'avais beaucoup de mal à bouger donc il fallait bien tuer le temps. C'était étrange comme j'étais impatient d'entendre sa réponse et de voir sa façon de réagir face à tout cela.


Le masque que porte Hatoma:
 



avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Sam 17 Sep - 5:13



Le blessé était de constitution solide et la médic n’avait pas fini de le traiter quand il s’extirpa de son inconscience, entreprenant immédiatement de se lever. Rien d’étonnant à cela : quel homme traqué prendrait le risque de se laisser si vulnérable sans rien tenter,  à la merci d’une étrangère aux intentions incertaines? Kaede lui signifia, à voix basse mais sur un ton ferme, qu’il était dans son intérêt de la laisser faire.

« Ne bouge pas. Ta blessure est sérieuse et je dois me concentrer. »

La kunoichi n’avait pas prévu que son patient se remette si vite. Elle aurait préféré avoir le temps de lui administrer un sédatif avant de s’atteler à la tâche, histoire d’être déjà loin à son réveil. Elle était particulièrement contrariée qu’il l’ait surprise en pleine manipulation de l’Irou. Il en savait déjà trop sur elle. Mais maintenant qu’elle avait résolu de le soigner, elle irait jusqu’au bout.

Kaede n’interrompit pas ses gestes lorsque l’étranger lui adressa la parole, étonnée qu’il soit déjà à même de formuler des phrases cohérentes. Elle ignora délibérément la première question pour passer directement à la seconde. Elle n’était pas à veille de décliner son identité de ninja recherchée pour satisfaire la curiosité d’un inconnu, masqué de surcroit.

« Parce que j’en suis capable. Parce que j’en ai envie. Et parce que les autres n’ont aucun intérêt, ils sont tous morts. »

C’était la vérité, du moins en partie. Ses motifs étaient suffisamment complexes pour qu’elle-même n’y voie pas toujours très clair, et certains n’étaient pas des plus nobles. En outre, la jeune femme n’avait pas pour habitude de dévoiler les profondeurs de son âme sur demande.

Les affirmations de son patient sur son passé de tueur la prirent un peu par surprise, et elle interrompit ses manœuvres pour considérer ce qu’il venait de lui dire. Il était maintenant hors de danger, mais il fallait encore refermer la plaie et s'occuper des bandages. Il mettrait un certain temps pour récupérer toutes ses facultés, considérant la quantité massive de sang perdue. La jeune femme posa son matériel et alla s’assoir au sol à quelques pas, face à son blessé, mais pas trop loin de la porte. Vu l’état de ce dernier, elle pourrait sans doute fuir même s’il tentait quelque chose. Elle demeura tout de même aux aguets tandis qu’elle le détaillait de la tête aux pieds, une lueur de curiosité dans le regard.

Un tueur d’enfants? Des centaines de victimes? Considérant la précarité de sa situation, pourquoi cet homme lui faisait-il de telles révélations? Il n’avait aucune idée de ses capacités à elle, de ses motivations, de ses principes. Sur ces simples mots, une personne sensée aurait pu décider de mettre fin aux jours de son interlocuteur sans se poser davantage de questions. Mais Kaede était affublée d’une curiosité pathologique doublée d’une soif maladive de parfaire sa médecine, combinaison qui empiétait régulièrement sur son bon sens. Le visage impassible, elle planta ses yeux verts dans ceux de l’homme qu’elle venait de sauver, malheureusement peu visibles dans la pénombre, et lui répondit calmement.

« Pourquoi prendre la vie d’un enfant, étranger? Pourquoi me le dire? »

Elle hésita brièvement avant d'ajouter:

« Et qu’y a-t-il derrière ce masque? »

Elle attendit silencieusement les réponses, desquelles allait dépendre la suite des choses.



Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 22:40, édité 2 fois
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 119
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 482
PE:
49/300  (49/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Sam 17 Sep - 11:15
...


Le masque que porte Hatoma:
 





Dernière édition par Amatera Hatoma le Sam 17 Sep - 21:38, édité 2 fois
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Sam 17 Sep - 20:18



Contre toute attente, l’étranger retira son masque, révélant à Kaede le visage d’un homme un peu plus âgé qu’elle-même, de toute évidence marqué par ses récentes épreuves, et sans doute aussi par de plus anciennes. Le moins qu’on puisse dire, c’est que son sourire n’était pas celui d’un individu comblé par le destin. Les traits tirés par la douleur, il déposa l’objet près de lui.  

Cette rancœur évidente dans la voix du shinobi quand il aborda la question des villages ne collait pas tellement avec l’identité de tueur sous laquelle il avait choisi de se présenter. Oui, exécuter les ordres constituait le premier devoir d’un ninja, et il était vrai que certaines missions pouvaient vous amener à poser des gestes aussi cruels que définitifs, mais un tueur dans l’âme, un monstre, n’en aurait pas éprouvé de ressentiment. Il y avait une histoire plus complexe derrière tout ça.

« Pourquoi prendre la vie? Je n’en sais rien. Je préfère la rendre que la prendre, quand on m’en laisse le choix. »

Un credo qu’elle n’avait pas toujours respecté, mais en présente compagnie, mieux valait escamoter ce détail qui lui avait déjà causé nombre d’ennuis. Quant à ce type, il était à coup sûr dangereux, mais Kaede eut l’impression à ses quelques paroles, et surtout à son ton de voix, que la vie lui avait quelque peu forcé la main.

« Il est vrai que le monde ninja est capable de dispenser les ordres d’assassinat dans l’indifférence la plus absolue. »

Elle fixa le vide, pensive, à nouveau consciente de sa propre situation, celle d’une fuyarde qu’on accuserait bientôt de trahison si ce n’était déjà fait.

« Et qu’il écrase tout aussi aisément ceux qui n’en respectent pas les règles. »

Sa décision maintenant prise, la soignante revint vers le blessé, lentement pour ne pas qu’il se méprenne sur ses intentions. Plongeant la main dans son sac, elle en sortit une petite fiole qu’elle lui tendit, sans grand espoir qu’il lui fasse assez confiance pour obéir.

« Bois ça. Il faut refermer cette plaie, et ça ne sera pas confortable. »



Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 22:42, édité 1 fois
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 119
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 482
PE:
49/300  (49/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Sam 17 Sep - 21:39
Fall


Dans cette pièce se trouvaient deux personnes en train de se jauger, écoutant avec attention les paroles de l'autre tout en le scrutant. Guettant le moindre geste d'impétuosité, la moindre envie d'attaquer serait décelée à la seconde même. Tandis qu'elle m'écoutait la jeune femme n'eut pas énormément de réaction, elle savait parfaitement garder ses sentiments cachés. C'était dur de comprendre qui elle était simplement en l'observant, il me fallait donc écouter ses paroles avec plus de sérieux pour les décortiquer. C'est ce que je fis, pendant qu'elle répondait à ma première question. Une réponse bien peu classique pour un shinobi, mais tellement courante pour un médecin qui se respecte. La jeune femme avait à cet instant toute mon attention, tant la suite de ses paroles étaient vraies. Enfin, je tombais sur une personne qui savait de quoi elle parlait. Bien souvent, mon corps se retrouvait face à des jeunes pleins d'espoirs, patriotique, prêt à mourir pour leur kage sans dire le moindre mot. Ces personnes-là sont tellement ennuyeuses qu'il est préférable qu'elles meurent de mes mains pour une raison idiote, plutôt que de la main d'un inconnu sans raison. Façon de penser très idiot il est vrai, mais celle de ces personnes était encore pire.


Pendant un moment mon regard se perdit dans le vide, laissant le silence occuper la pièce tandis que ma main gauche tenait la fiole. Ce n'était pas pour réfléchir à si j'allais ou non la boire, car, cette décision avait été prise au moment où elle la sortie. Tandis que d'un coup, une sorte de fou rire éclata, un fou rire presque sincère. Tandis que d'un coup sec après l'avoir ouvert, ma main porta la fiole à ma bouche pour y boire tout le contenu. Regardant la jeune femme, droit dans les yeux, elle ne se trouvait plus si loin de moi.


"- Tu utilises tes mots avec parcimonie, pourtant tu es bien loin de la vérité. À quoi bon continuer ainsi ? Nous ne sommes pas des ennemis et je ne compte pas te tuer aujourd'hui. "


Suite à ses paroles mes yeux parcoururent encore une fois le corps de la femme pour espérer y voir des réactions positives qui m'aideraient à la comprendre avec plus de facilité. Bien sûr, je savais au fond de moi que les femmes étaient déjà dures à comprendre de base, alors une ninja... C'était une autre histoire et je le savais j'en avais épousé une et faillit avoir un enfant avec cette même. C'était "drôle" de voir ce que la vie pouvait faire de vous en si peu de temps. Il y a encore "quelques" années j'étais sur mon canapé à contempler ma femme dormir et à penser à notre avenir. Tandis qu'aujourd'hui, je me trouve dans une cabane miteuse, à moitié en ruine, face à une personne qui pourrait me tuer en une seconde. Si elle ne l'avait déjà pas fait avec cette fiole...


"- Je m'appelle Amatera Hatoma, déserteur de Kumo. Je ne m'attends pas à entendre ton vrai nom, mais qui sait."


Suite à ses mots ma main avec la fiole vide venait de se tendre vers la kunoichi, attendant de voir sa réaction et surtout près à entendre ses réponses. Cette journée devenait enfin intéressante, il faut dire que tuer devient vite ennuyeux surtout quand il s'agissait de simple survit.


Le masque que porte Hatoma:
 



avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Dim 18 Sep - 23:39



La kunoichi avait peine à en croire ses yeux. Il venait d’avaler sans hésiter tout le contenu de la petite bouteille d’un trait. Il avait choisi de lui faire confiance. Qui à Suna aurait fait de même, avec la réputation qu’elle se trimbalait? C’était rafraîchissant, et Kaede eut un soupçon de remord. Le liquide était bien un analgésique performant, mais il avait aussi des propriétés pouvant s’avérer gênantes pour le consommateur, comme par exemple celle de le désinhiber à fond, histoire de l’amener à révéler plus d’information qu’il ne l’aurait normalement fait. La médic n’avait pas choisi cette fiole par hasard, bien entendu. Sa curiosité avait tout simplement eu le dessus, encore une fois, sur son respect des droits d’autrui. L’histoire de sa vie, quoi.

De toute façon, c’était une situation gagnante pour eux deux, se dit-elle, tentant de se justifier à ses propres yeux. Il n’allait pas souffrir de l’intervention, il y gagnerait un moment de détente (la substance était spectaculairement relaxante), et elle en apprendrait plus sur lui.

L’homme au masque lui affirma qu’il n’avait pas d’intention malveillante envers elle, et quelque chose dans sa façon de le dire poussa la jeune femme à le croire. Sans répondre, elle le gratifia d’un sourire, léger mais sincère. Il alla même jusqu’à se présenter et à décliner ses origines, confirmant au passage qu’il était bien nukenin aussi. Cette ouverture ne pouvait être due à l’effet du médicament, pas encore. Il s’agissait plutôt d’une démonstration de bonne volonté de la part de son interlocuteur.

À nouveau, la demoiselle ressentit une vague culpabilité. Le droguer n’aurait peut-être pas été nécessaire, au bout du compte. Mais trop tard maintenant pour revenir en arrière. Elle récupéra la fiole vide qu’il lui tendait, la rangeant dans son sac. Inutile de laisser ici davantage de traces de leur passage. Dans un élan de spontanéité, elle prit brièvement la main tendue.

« Amatera Hatoma. Je suis Kaede, de Suna. Nos origines sont différentes, mais j’ai l’impression que nos situations ont un ou deux points en commun. »

Kaede sortit le matériel nécessaire pour refermer la plaie : désinfectant, aiguille et fil. La jeune médecin aurait pu utiliser son Irou encore une fois et épargner l’intervention au blessé, mais la région était dangereuse, elle voyageait seule, et elle avait trop besoin de son chakra pour s’en servir plus que strictement nécessaire. Elle s’adressa à nouveau à lui, d’une voix plus douce cette fois.

« Il n’y avait rien de dangereux dans ce produit. Tu risques de te sentir plus détendu que d’habitude, mais ça ne durera pas. Je te recommande d’en profiter. »

Sur ces paroles, elle se mit au travail. Même sous cet éclairage médiocre, les gestes de la médic étaient sûrs, témoignant de ses années d’entraînement. Elle jetait un œil de temps en temps au visage de son patient afin de s’assurer qu’il n’éprouvait pas d’inconfort. Pour le moment, il semblait bien tolérer toutes ses manœuvres. Le regard du nukenin était indéchiffrable tandis qu’il observait chacun des mouvements de la jeune femme, et elle se demanda ce qui pouvait bien lui passer par la tête. Sur un ton léger mais intéressé, elle finit par lui demander, tout en poursuivant son travail :

« Pourquoi avoir quitté Kumo? »

Une question bien trop directe et peu diplomate en circonstances normales, mais considérant leur situation, elle pouvait se permettre d’espérer une réponse.




Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 22:43, édité 1 fois
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 119
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 482
PE:
49/300  (49/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Lun 19 Sep - 5:46
Fall


Le goût du contenu de la fiole était moins pire que ce que je m'imaginais, même s'il y avait un petit arrière goût. Pour une fois qu'un médicament n'était pas si dégueulasse que ça s'en était étonnant. La jeune femme semblait être surprise qu'une personne avale sa fiole sans même savoir ce qu'elle contenait. Je me disais simplement que si elle avait voulu me tuer, elle l'aurait déjà fait ou d'une autre façon sûrement. Lentement les effets semblaient se faire sentir, la kunoichi n'avait pas menti, je me sentais bien plus détendu. Écoutant ses paroles avec attention tout en sentant son aiguille pénétrer ma peau pour refermer la plaie. Puis vint la question, celle qui m'était souvent posée. Pourquoi hein ? Il y avait une multitude de raisons, d'abord la folie et la haine d'avoir perdu toutes les personnes auxquelles je tenais. Ensuite, l'insouciance de la jeunesse, en effet à l'époque j'étais loin de m'imaginer tout ceci. Est-ce que je recommencerai ? Oui, sûrement et sans changer la moindre chose. Cette vie était loin d'être parfaite, elle était même très dure, parfois, mais au final elle a fait de moi une personne bien plus forte. Le confort des villages, le fait de se sentir en sécurité, la présence d'autrui, sont pour moi des facteurs qui rendent mou. Ne rien avoir, vivre en permanence en se disant qu'aujourd'hui vous allez mourir, vivre seul, sont des choses qui rendent bien plus fort. J'avais beaucoup d'avantages sur la jeune femme, déjà mon âge et mon expérience de déserteur. Ensuite, sans savoir dire pourquoi, je savais qu'elle n'était pas dehors depuis très longtemps, quelques mois tout au plus. Peut-être que le fait qu'elle vienne sans grande peur aider quelqu'un qui vient vraisemblablement de se battre ou simplement le fait qu'elle se tenait si près d'un inconnu sans la peur de se faire trancher la gorge.


La fiole faisait maintenant bien effet tant je me sentais détendu comme jamais, mais il y avait une sensation bizarre aussi. En me remémorant sa question, c'est comme si j'avais envie de tout lui raconter sans cacher le moindre détail. C'était une sensation dérangeante, étrange, mais peut-être serait-elle bénéfique ? J'ai, lors de mes nombreux voyages rencontré des centaines de personnes et j'ai pour habitude de traiter avec eux avec attention. Parfois cela s'avérait payant, parfois, cela menait à un combat à mort tant nous passions notre temps à nous jauger et à nous méfier. Alors, pourquoi pas, pour une fois tenter de dire la triste vérité. Il serait peut-être bon d'avoir un avis extérieur et neutre sur ces événements, voir si finalement, je n'étais pas qu'un sombre crétin se trompant depuis le début.


"- J'ai tout d'abord perdu mon père lors d'une mission lorsque j'étais très jeune, ma mère de désespoir s'est suicidée. Me laissant seul. J'ai rencontré une femme par la suite, cette femme est devenue mienne et alors qu'elle était enceinte elle a aussi périt lors d'une mission. J'en ai donc convenu que ce village et ce système étaient à l'origine de tout cela. Je ne comprends pas pourquoi nous devrions sans cesse nous sacrifier nous et nos vies pour au final obtenir une paix totalement fausse." Dis-je


C'était étrange que tout cela sorte avec tant de facilité, ce sont des choses que jamais je n'avais dit auparavant à qui que ce soit, même à Naïja. C'était étrange et je commençais à me demander ce qu'il y avait vraiment dans cette fiole. Sûrement une drogue permettant d'obtenir plus facilement des réponses ou une chose de la sorte. Ce n'était malheureusement pas la première fois que l'on me drogue après tout. Ce genre de produits étaient très connus dans le monde des shinobis, même si je n'en étais pas sûr qu'il s'agisse de ça.


"- Ne t'en fais pas, je ne t'en veux pas pour la drogue."


Le masque que porte Hatoma:
 



avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Lun 19 Sep - 22:20




Kaede ne releva pas cette remarque sur la drogue. Elle n’était pas à veille de reconnaître ouvertement son geste, surtout que les bonnes dispositions dans lesquelles le nukenin se trouvait en ce moment n’étaient sans doute que temporaires, et que les corps éparpillés dehors témoignaient de ses capacités meurtrières. Elle considéra ce qu’elle venait d’entendre. La spontanéité avec laquelle son interlocuteur avait résumé son histoire suggérait qu’elle était véridique. Il eut été difficile d’improviser un mensonge cohérent sous l’effet de ce médicament, combiné à l’état de fatigue dans lequel se trouvait la victime.

Amatera Hatoma avait perdu ce qu’il possédait de plus précieux, et laissé le reste derrière. Il tenait son village pour responsable. Tous les villages, en fait, et le système shinobi en général. Depuis combien de temps errait-il ainsi, en marge du monde? Était-il seul? Il fallait admettre que l’homme au masque avait raison sur un point : le système actuel avait déjà fait, et ferait encore, beaucoup de victimes.

En silence, la soignante acheva son travail et fit un bandage suffisamment serré pour qu’il tienne solidement, sans pour autant gêner le combattant dans ses mouvements. Il aurait besoin de bouger d’ici peu.

« Je vois. De toute évidence, la vie n’a pas été tendre envers toi. Que comptes-tu faire, à présent? L’existence que tu mènes ne me semble pas des plus aisées. »

Un auditeur attentif aurait sans doute pu détecter le léger trouble dans la voix de la nukenin sans expérience lorsqu’elle prononça ces derniers mots. Elle espérait  des réponses concrètes, des suggestions, étant elle-même dans une situation assez précaire, incertaine du meilleur chemin à prendre pour mener sa propre quête.

Elle commença à remballer ses affaires. Il fallait se préparer à quitter l’endroit : lorsqu’on constaterait que l’équipe envoyée pour abattre son patient ne revenait pas, une autre prendrait la relève. Et lorsqu’elle se pointerait, Kaede n’avait aucune envie d’être encore sur les lieux. La médic considéra brièvement partir seule et laisser sa nouvelle connaissance se débrouiller, mais se ravisa. Abandonner un homme à une mort presque certaine après lui avoir sauvé la vie était encore plus absurde que le choix qu’elle avait fait de se mêler à cette affaire.

« Il va falloir poursuivre cette conversation ailleurs, Amatera Hatoma. Tu auras du mal à marcher, mais nous sommes ici depuis trop longtemps déjà et dans ton état, un nouveau combat est hors de question. »

Elle lui tendit la main pour l’aider à se relever.




Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 22:45, édité 1 fois

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ϟ Thaïs ● Quand une étoile tombe du ciel et finit dans l'oubli... ;
» « Quand une étoile tombe... »
» Quand la légende tombe enfin.
» Quand une lame noire tombe sur la louve... (ou le contraire ?) [PV Amy] [TERMINE]
» GRAVITY † quand le ciel te tombe sur la tête

Sauter vers: