Partagez | 
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 119
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 482
PE:
49/300  (49/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Jeu 22 Sep - 0:11
Fall


Cette sensation était étrange, je me sentais tellement détendu et calme, des choses qui n'étaient pas arrivées depuis longtemps. Me demandant si mes paroles étaient seulement dûes à ce que la jeune femme m'avait donné ou s'il s'agissait d'un désir secret de parler de tout ça. Il faut dire que depuis ma désertion, l'occasion de parler de tout ça, de se délivrer, ne m'avait pas été donné. Il était cependant préférable que mon interlocutrice mette ça sur le dos de sa mixture, ainsi ma position n'était pas en danger. C'était plaisant d'être ainsi, de ne soucier de rien, de ne pas penser plus qu'il ne le faut. Même mon instinct semblait s'être fait la malle tant cela faisait trop longtemps que mon corps était ici. L'atmosphère régnant en ce lieu était tout à fait étrange elle aussi, c'était comme une sorte de bulle séparant ce lieu de l'extérieur. Ces pensées étaient réellement digne d'un enfant n'ayant jamais vu le monde extérieur, je devais me reprendre et vite. Écoutant les paroles de ma nouvelle rencontre avec attention, ses mots étaient semblables à de doux euphémismes, digne d'une personne qui n'était pas dehors depuis longtemps. "Pas tendre", il fallait plutôt dire que la vie m'a pris, m'a mis à terre et m'a littéralement écrasé.


Je n'étais pas du genre à me plaindre de cette vie ou du passé, je n'avais plus peur depuis longtemps de mourir, tant cela représenterait une libération. Mes proches qui sont morts ne sont plus que des souvenirs pour lesquelles il faut se battre jour après jour, tentant tant bien que mal de les garder en tête. Je ne me souvenais même plus du goût des lèvres de ma femme, de ses mains sur moi ou simplement ce que ça faisait d'être aimé. En fait, le simple fait d'être aimé n'était qu'un lointain souvenir pour ma personne. Aujourd'hui, tout ce que je fais c'est parcourir ce monde, chercher des personnes dignes de m'aider et espérer qu'un jour ce monde change. C'est tellement ridicule quand on y pense, mais, il faut bien que je trouve une occupation pour ne pas simplement mettre fin à mes jours tellement cette vie ne rime à rien.


La jeune femme devant moi commença à remballer ses affaires sans dire le moindre mot, je faisais semblant de ne pas y prêter attention. Au fond de moi je me disais qu'il s'agissait simplement d'une énième rencontre qui ne mènerait à rien et que dans cet état, seul, ce soir Amatera Hatoma ne sera plus de ce monde. Pourtant, étonnamment, elle ne semblait pas vouloir laisser un inconnu qui avait les mains remplies de sang seul. M'invitant même à la suivre pour continuer notre échange dans un autre lieu, sa main tendue vers moi. Devais-je la prendre ? Cela prouverait-il que finalement même avec ce don qu'est le mien, il m'est impossible de survivre seul ? C'était pratiquement une affirmation, après tout, tous mes proches sont morts sans que je puisse faire la moindre chose. Oui, avant de reprocher toutes ces morts aux villages et à ce système corrompu, je me les reprochais à moi. La mélancolie venait de me gagner, comme s'il s'agissait d'un effet secondaire de ses médicaments. La détente provoquée par ces derniers m'ayant fait oublier tout ce qui occupait mon esprit en permanence, laissant place à de nouvelles pensées, celle que je repoussais depuis le début. D'un coup, sans savoir pourquoi, je me trouvais pitoyable, faible, inutile. Crier partout que l'on va détruire le monde est bien beau, mais au final pour le moment ce n'était que de simples paroles. Mon père devait bien se foutre de ma gueule dans sa tombe, tant il devait être déçu de ce qu'était devenu son fils en qui il avait tellement d'espoir.


Il me fallait un instant pour chasser toutes ces pensées de ma tête et dans un élan de force comme un ultime geste, ma main vint attraper celle de la jeune femme la laissant m'aider à me relever. J'étais de nouveau debout, sachant maintenant qu'il m'était totalement impossible de survivre seul dans un monde comme celui et même si certaine personne se tenaient déjà à mes côtés, il me fallait trouver un moyen de rassembler d'autres individus qui avaient pour objectif, la paix. Sans dire le moindre mot, m'aidant d'une sorte de canne de cristal que je venais de créer mon corps tout entier passa la porte.


"- Ce que je compte faire ?... La paix."


Le masque que porte Hatoma:
 



avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Quand un démon tombe. [PV : Kaede]    Lun 26 Sep - 1:58



Kaede observa en silence le nukenin qu’elle venait de rafistoler tandis qu’ils se préparaient à quitter. Sur le visage de l’ancien Kumojin se succédaient les émotions, très subtiles mais néanmoins détectables, qu’il n’aurait sans doute jamais laissées paraître d’ordinaire, même derrière son masque. D’abord une quiétude qui s’apparentait à la sérénité, probablement l’effet de la drogue qu’elle lui avait filée. Puis quelque chose qui ressemblait presque à du regret ou du désespoir, vite remplacé par la mélancolie. Mais finalement, alors qu’il acceptait la main tendue de la jeune femme, il prit une expression calme et résolue.

C’est en l’aidant à se relever qu’elle réalisa à quel point il la dominait en taille – il devait faire plus de deux mètres – sans parler de sa carrure sortant de l’ordinaire. À cela s’ajoutaient sa manière alerte de se tenir malgré son état, comme s’il était prêt à un combat imminent, l’éclat rougeoyant de ses pupilles, et l’aura redoutable qu’il dégageait : celle d’un prédateur.

« Tu as bien choisi ton masque, homme loup, » laissa-t-elle échapper avant d’y penser.

Tandis qu’il marchait vers la porte, se fabriquant une sorte de canne de cristal et confirmant par le fait même être l’auteur plus que probable du massacre qui s’était déroulé à l’extérieur, Kaede considéra l’étranger qu’elle venait de sauver. Elle le détailla de la tête aux pieds d’un œil à la fois clinique et intrigué, évaluant sa démarche et sa condition physique tout en contemplant en son for intérieur la meilleure conduite à tenir.

Pour se relever aussi vite après avoir perdu plusieurs litres de sang, et pour être pareillement baraqué, il faut se battre ou s’entraîner tous les jours. J’ai vu ce que tu peux faire, ces corps en témoignent. Me suis-je trompée sur ton compte, es-tu vraiment un tueur? Mais si tu voulais ma mort, je le saurais à l’heure qu’il est. Et tu as eu besoin de moi, mais plus tard ça pourrait bien être l’inverse. Est-il plus prudent de voyager avec toi, ou vaut-il mieux rester seule? Il est assez clair que tu as aussi tes propres problèmes.

Le nukenin interrompit le fil des pensées de la kunoichi en offrant une réponse à la question posée précédemment. Il comptait faire la paix.

« La paix? La vraie paix, dans ce monde imprégné jusqu’à la moelle de sauvagerie, d'avidité et d’indifférence? Tu ne manques pas d’ambition. »

Elle lui emboîta le pas alors qu’il passait la porte.




Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ϟ Thaïs ● Quand une étoile tombe du ciel et finit dans l'oubli... ;
» « Quand une étoile tombe... »
» Quand la légende tombe enfin.
» Quand une lame noire tombe sur la louve... (ou le contraire ?) [PV Amy] [TERMINE]
» GRAVITY † quand le ciel te tombe sur la tête

Sauter vers: